graisse

graisse [ grɛs ] n. f.
craisse v. 1120; lat. pop. crassia, class. crassus gras
1Substance onctueuse, de fusion facile, répartie en diverses parties du corps de l'homme (et des animaux), surtout dans le tissu conjonctif sous-cutané. adip(o)-, lipo-. Excès de graisse, mauvaise graisse. adiposité, embonpoint, obésité; engraisser. Boule, bourrelet de graisse (cf. Culotte de cheval; poignée d'amour). Aspiration chirurgicale de la graisse. liposuccion. Destruction de la graisse. adipolyse, lipolyse. Exercices, massages destinés à faire perdre la graisse.
2Cette substance, tirée du corps de certains animaux, et servant à divers usages industriels et domestiques. gras. Graisse de porc. lard, 1. panne; saindoux. Graisse de phoque. Graisse à frire. friture. Pommes de terre à la graisse d'oie. Odeur de graisse. 2. graillon. Ronds de graisse sur un bouillon. yeux.
Loc. fam. Vieilli À LA GRAISSE (d'oie, de chevaux de bois) : sans valeur. Boniments, conseils à la graisse d'oie (cf. À la manque; à la noix).
3Corps gras, matière grasse. Graisses animales, végétales (alimentaires ou industrielles). beurre, huile, lanoline, margarine, spermaceti, suif. Les graisses sont insolubles dans l'eau, combustibles et saponifiables. Graisses minérales, obtenues par distillation du pétrole. ⇒ paraffine, vaseline. L'oléine, la stéarine, la butyrine, principaux constituants de nombreuses graisses. lipide. Graisse graphitée, conductrice de l'électricité. Graisses utilisées pour la lubrification des pièces de machine ( cambouis; graissage) . « les graisses qui jaunissaient déjà ses mains de mécanicien » (Zola). Tache de graisse. Nettoyer un vêtement taché de graisse. dégraisser.
4Techn. (Imprim.) Épaisseur des pleins de la lettre, dans les caractères d'imprimerie (qu'ils soient maigres, demi-gras ou gras). Augmenter, diminuer la graisse d'un caractère.
5Par anal. (1767) Altération des vins, bières, cidres, qui leur donne une consistance visqueuse. Aspect filant du vin atteint de graisse.
⊗ CONTR. 1. Maigre (n.).

graisse nom féminin (latin populaire crassia, graisse, du latin classique crassus, épais) Tissu adipeux du derme et surtout de l'hypoderme de l'homme et des animaux vertébrés, jouant le double rôle de réserve alimentaire et de couche protectrice contre le froid. (On dit aussi graisse dermique ou graisse de couverture.) Substance onctueuse d'origine animale employée en cuisine pour divers types de cuisson. Produit de consistance semi-fluide à solide, obtenu par dispersion d'un agent épaississant ou gélifiant insoluble dans un liquide lubrifiant. Triglycéride qui n'est pas fluide à la température ambiante. (Les graisses consistantes servent comme lubrifiants.) Adiposité, embonpoint : Elle est pleine de graisse. Détérioration des fromages à pâte molle, caractérisée par l'aspect jaunâtre et glaireux de leur surface, apparaissant en fin d'égouttage sous l'action d'une moisissure. Altération des vins et des cidres donnant un aspect huileux et filant due à des bactéries lactiques. Dans un caractère d'imprimerie, épaisseur des pleins de la lettre. ● graisse (synonymes) nom féminin (latin populaire crassia, graisse, du latin classique crassus, épais) Tissu adipeux du derme et surtout de l'hypoderme de l'homme...
Synonymes :
- obésité
Substance onctueuse d'origine animale employée en cuisine pour divers types...
Synonymes :

graisse
n. f.
d1./d Substance onctueuse d'origine animale, végétale ou minérale, fondant entre 25 et 50 °C. La vaseline est une graisse minérale.
|| (Québec) Corps gras, souvent d'origine végétale, utilisé en pâtisserie.
Graisse de rôti: jus de cuisson d'un rôti de porc.
Loc. Fam. Avoir les yeux dans la graisse de beans.
d2./d PHYSIOL Tissu adipeux.
Cour. Embonpoint. Il prend de la graisse.

⇒GRAISSE, subst. fém.
A. — Substance semi-solide à la température ordinaire, généralement très inflammable, insoluble dans l'eau mais soluble dans l'éther, visqueuse au toucher et qui laisse sur le papier une tache persistante le rendant translucide.
1. Cette substance, d'origine animale ou végétale, définie chimiquement comme un corps gras (cf. gras I A 1 a) et physiologiquement comme un lipide, et qui fond entre 20° C et 50° C.
a) Cette substance répandue dans le tissu cellulaire des êtres animés et de certains végétaux. Graisse abondante, blanchâtre; bouffi de graisse; plis de graisse. Si! si! la graisse précoce est un mauvais symptôme (LABICHE, Ptes mains, 1859, I, 1, p. 5). Et il [un cheval] « brûla toutes ses graisses », élimina toute chair inutile jusqu'à ne plus présenter que les muscles nécessaires à la propulsion (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 59). Deux méthodes sont employées pour extraire des fruits oléagineux l'huile ou la graisse qu'ils contiennent (BRUNERIE, Indust. alim. 1949, p. 45) :
1. ... le problème de la régulation des graisses dans l'organisme. En effet, tout le problème est là : pourquoi devient-on obèse? Pourquoi les graisses s'accumulent-elles dans un organisme et non dans un autre? Pourquoi certains sont-ils gros et d'autres maigres?
R. SCHWARTZ, Nouv. remèdes mal. act., 1965, p. 36.
Expressions
Boule (paquet, pelote,...) de graisse. [En parlant d'un petit animal ou d'un enfant] Une douzaine de rossignols à la petite croupe, qui est une vraie pelote de graisse (GONCOURT, Journal, 1889, p. 1033). Le plus jeune [enfant], une petite boule de graisse (...) est tombé en arrêt devant les trois galons d'or (GENEVOIX, Nuits de guerre, 1917, p. 38).
Prendre de la graisse. Devenir gras. Il a pris de cette vilaine graisse qui vient aux vieux journalistes et aux maquerelles (GONCOURT, Journal, 1882, p. 170).
Vivre de/sur sa graisse. [En parlant d'animaux qui hibernent et dont l'organisme consomme la graisse accumulée] Les Blaireaux somnolent, vivant sur leur graisse, attendant un rayon de soleil pour risquer une sortie (S. DUFLOS, R. BRANDICOURT, Ce que dit la nature dans le bois, Paris, Hatier, 1976, p. 87). P. anal. [En parlant d'une pers.] Mme de Castellane, qui aurait bien pu vivre un hiver entier sur sa propre graisse, comme font les oies (MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Montijo, 1870, p. 93).
Fam. [En parlant d'une pers. maigre] La graisse ne l'empêche pas de courir (Ac. 1798-1932); (cf. HAMP, Marée, 1908, p. 83). La graisse ne l'étouffe pas (Ac. 1835-1932).
De haute graisse (vieilli). Bien engraissé. S'ils tuent un becfigue de haute graisse (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 258). Au fig., littér. Truculent. C'est pendant ce temps-là que s'écrivent (...) sur les murs (...) des farces contre les professeurs (...) avec des vers de haute graisse au fusain (VALLÈS, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 248). Les nôtres [des injures] étaient de plus moelleuse graisse (ROLLAND, C. Breugnon, 1919, p. 46).
Rem. Cf. RAB. moutons de haulte gresse, c'est-à-dire bien en chair, bien engraissés, d'où, au fig. beaulx livres de haulte gresse, livres de grande valeur ou de grande qualité (voir HUG.). La docum. atteste l'expr. (sous la forme haulte-graisse) appliquée, au fig., à des personnes. Des farceurs de haulte-graisse (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 188); ce dernier emploi est déjà signalé ds HUG.
P. méton.
Au sing. Embonpoint. Personne ne s'est plus que Rowlandson réjoui devant les déformations de la graisse et de la maigreur (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 226). Un menton, dont la pointe énergique repose sur un début d'empâtement qui en est encore au degré où la graisse est entièrement convertible en majesté (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 234).
Au plur. Amas, masses de graisse. L'abbé Turlot, dont un frisson parcourut toutes les graisses (FABRE, Abbé Tigrane, 1873, p. 302). Elle s'éveillait et tâchait de relever ses graisses (RENARD, Journal, 1901, p. 675).
P. métaph. Le style sec traverse le temps comme une momie incorruptible, cependant que les autres, gonflés de graisse et subornés d'imageries, pourrissent dans leurs bijoux (VALÉRY, Suite, 1934, p. 107).
b) Cette substance extraite du corps des animaux ou de végétaux et utilisée à diverses fins. Tache de graisse. Je crois déjà avoir dit que, sous le rapport officinal, huile ou graisse sont à peu près synonymes, la graisse n'étant qu'une huile concrète, ou l'huile une graisse liquide (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 124).
Graisse de pendu. Graisse prélevée sur le corps d'un pendu, à laquelle la superstition attachait certaines vertus. Le folklore du Moyen Âge utilisait ces doigts [de nouveau-né], enduits de graisse de pendu, afin de plonger les habitants des maisons dans un profond sommeil et de permettre aux cambrioleurs, rendus par le même moyen invisibles, d'opérer en toute tranquillité (Hist. sc., 1957, p. 1541).
) Cette substance, d'origine animale ou végétale, utilisée en cuisine.
[Avec déterminant spécifiant l'orig. ou la destination] Graisse alimentaire, comestible; graisse animale, végétale; graisse de caille, de bœuf, de porc, de coco. Les pâtisseries en farine crue pétrie dans la graisse de mouton et saupoudrées de sucre (GOBINEAU, Nouv. asiat., 1876, p. 134). Gâteau savoureux, pesant à la fois et feuilleté, imbibé de fine graisse d'oie (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 20).
Expr. fig. Boniment (ou var.) à la graisse (d'oie ou var.). Sans valeur. Synon. à la noix. Y a qu'un gradé pour vous servir d'ces boniments à la graisse d'oie! (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 24). Tu vas pas déjà abrutir ces mecs-là avec tes boniments à la graisse (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 9).
Rem. Les var. sont multiples. Des boniments comme ça à la graisse d' ch'vaux d'bois! (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 85). Illusoires aussi [comme la graisse de chevaux de bois] la graisse de parapluie et d'ombrelle! « des phrases à la graisse de parapluie » (ESN., Poilu 1919).
[Sans ce déterminant spécifiant l'orig. ou la destination] Graisse hydrogénée, raffinée, rance; graisse chaude, fondante, figée, indigeste; faire fondre de la graisse; odeur de graisse. Un coup de pied dans la poêle, dont toute la graisse se renversa dans le feu (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 104). (De la noix de coco) on extrait une graisse que les estomacs délicats tolèrent beaucoup mieux que la graisse animale (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p. 255). Écoute l'élocution de la foule, pareille au crépitement de la graisse qui frit (CLAUDEL, Ville, 1901, II, p. 466).
Rem. Dans cet emploi, le terme se trouve souvent en association avec huile, beurre, saindoux, margarine.
) Cette substance, d'origine animale, utilisée pour les soins corporels. Ah! le bon pays! sans être obligées de s'oindre de graisse d'ours, les femmes y sont toujours belles et luisantes (CRÈVECŒUR, Voyage, t. 2, 1801, p. 120). [Une femme] avait des cheveux si outrageusement enduits de graisse de chèvre, qu'on les prenait pour un bonnet en laine tressée (DU CAMP, Nil, 1854, p. 127).
) Cette substance, d'origine animale, utilisée pour protéger, entretenir (un objet), lubrifier (un mécanisme), souvent remplacée de nos jours par de la graisse ou de l'huile d'origine minérale (cf. infra A 2), surtout en mécanique. On ne peut mieux le comparer [le tissu muqueux du dauphin] pour la consistance et la couleur qu'au noir que produit la graisse des essieux (CUVIER, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 550). Les câbles d'acier, enduits de graisse, filaient comme des rubans trempés d'encre (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1185). Dans une odeur de graisse à brodequins, de fer battu, d'huile solaire, de corde neuve (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 111).
) Cette substance, d'origine animale, utilisée comme combustible. Pour s'éclairer et se chauffer, ils ont une lampe de stéatite, en forme de croissant et avec une mèche de mousse dans laquelle ils brûlent de la graisse de phoque (LOWIE, Anthropol. cult., 1936, p. 118).
) Cette substance, surtout d'origine animale, entrant dans la fabrication de certains produits. Pour le préparer [l'onguent de linaire] on fait chauffer de la linaire fraîche en fleurs dans de la graisse de porc (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 561). Il préféra saponifier la graisse au moyen de la chaux (VERNE, Île myst., 1874, p. 182).
P. ext. Pommade à base de graisse. Les graisses médicamenteuses ou pommades (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821p. 488).
c) P. ext. Synon. de corps gras, matière grasse (cf. gras I A 1 a et 2). Abus des graisses. Les graisses animales (...) panne de porc (...) graisse de rognon de veau (...); graisses végétales (...) telle l'huile d'olive bien pure (ALI-BAB, Gastr. prat., 1907, p. 84). Le palmier à huile fournit (...) par écrasement de son amande, l'huile de palmiste, incolore, parfois employée comme graisse alimentaire (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t. 2, 1931, p. 300) :
2. Les graisses (ou graisses neutres ou corps gras) sont des mélanges d'esters d'un trialcool, le glycérol, avec certains acides organiques connus sous le nom d'acides gras (...). Parmi les divers corps gras on distingue ceux qui, concrets à la température ambiante, constituent les graisses proprement dites...
Encyclop. Sc. Techn. 1971, p. 439.
Rem. Cette ext. de sens, que la docum. n'atteste pas très fréquemment, est évidente dans les ex. cités et semble constituer une tendance mod. (cf. ex. 2 où l'accept. première et l'accept. p. ext. apparaissent concurremment).
d) P. anal. Graisse de la terre.
Partie du sol onctueuse et la plus fertile. Les grandes ravines emportent la graisse de la terre (Ac. 1798-1878). Un de ces éclats de roches qui sont cachés dans la graisse de la terre (GIONO, Colline, 1929, p. 30).
[P. réf. aux Écritures] Fertilité de la terre. Vous, pour qui la terre donne sa graisse et le ciel répand sa rosée (CHATEAUBR., Fragm. Génie, 1800, p. 212). Plaise à Dieu d'accorder à mon fils Charles la rosée du ciel, la graisse de la terre, l'abondance du froment, du vin et de l'huile (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 1, 1821-24, p. 189).
P. méton. Richesses, biens matériels. [Les] heureux du siècle, qui ont toute la graisse de la terre (MARAT, Pamphlets, Dénonc. Necker, 1790, p. 93) :
3. D'un côté, je contemplais, à l'infini, les lignes parallèles des vignes; de l'autre, le clos des mûriers, le bois d'oliviers. Et à considérer cette graisse de la terre dont Dieu m'avait pourvu, j'étais exalté par un sentiment de reconnaissance.
LACRETELLE, Silbermann, 1922, p. 104.
2. Substance possédant les mêmes caractéristiques générales (cf. supra A), obtenue par dispersion d'un agent gélifiant dans un lubrifiant liquide dérivé du pétrole (d'apr. Encyclop. univ. 1972), et employée principalement en mécanique. Les articulations extérieures de la suspension et de la direction [d'une automobile] sont lubrifiées avec une graisse spéciale visqueuse dite extrême pression (GUERBER 1967). V. graissage ex.
B. — [Caractéristique de qqc.; en rapport étroit avec des emplois particuliers de gras ou de graisser].
1. ŒNOLOGIE. Maladie anaérobie du vin (surtout blanc) qui lui donne une consistance huileuse, filante (cf. graisser II). On a tout lieu de penser, maintenant, que la graisse n'est qu'une manifestation secondaire et qu'il ne faut rien faire qui puisse gêner le déroulement de cette dernière si son rôle s'avère bénéfique (vins acides) (R. ENGEL, Vade-mecum de l'Œnologue et du Buveur « Très Prétieux », Paris, Ponsot, 1959, p. 87).
Rem. Le terme s'emploie aussi pour désigner une altération analogue du cidre (cf. Lar. mén. 1926, s.v. cidre).
2. [Correspond à des emplois anal. de gras].
a) Rare. [Cf. gras II A 2 b ] Il reconnut à la vaseline de son débit, à la graisse de son accent, un prêtre, solidement nourri (HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 4).
b) [Cf. gras II A 2 b ]. IMPR. (typogr.). ,,Épaisseur du trait dans la gravure d'une lettre ou d'un filet`` (VOYENNE 1967). On trouve généralement, dans l'ordre croissant, trois graisses par caractère : un maigre, un demi-gras, un gras (Impr. 1977).
REM. 1. Graisserons et graissillons, région., subst. masc. plur. Rillettes. Vous enduisez d'une couche de graisserons ces tartines (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 115). Et surtout des « graissillons », sortes de rillettes (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 9). 2. Graissin, subst. masc. a) Pêche. ) Écume apparaissant à la surface de l'eau, là où les poissons frayent. Zoophytes phosphorescents, imprégnés du graissin des matières organiques décomposées par la mer (VERNE, Vingt mille lieues, t. 1, 1870, p. 240). ) ,,Amorce à base de têtes de sardines hâchées menu, très huileuse et formant tache au-dessus de l'eau`` (POLLET 1970). b) Région. (Anjou). Fumier, compost, terreau très décomposé (d'apr. PLAIS.-CAILL. 1958, FÉN. 1970).
Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1re moitié XIIe s. craisse « substance onctueuse contenue dans le tissu cellulaire du corps de l'homme et des animaux » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, LXII, 6); ca 1150 de prime gresse « gras, bien en chair » (Charroi de Nîmes, éd. D. Mac Millan, 19); ca 1170 graisse (Rois, éd. E. R. Curtius, I, XIV, 33); ca 1393 chappons de haulte gresse (Ménagier, II, 271 ds T.-L.); 2. a) ca 1245 « partie riche des sols, engrais » (H. D'ANDELI, Bataille des sept arts, 42, ibid.); b) 1768 « cambouis » graisse noire des essieux (DESGROUAIS, Les Gasconismes corrigés, p. 239); c) 1771 technol. graisse de verre (Trév.); d) 1798 Du vin tourne à la graisse (Ac.); e) 1866 (LITTRÉ, s.v. : Terme d'exploitation. Bitume purifié). D'un type b. lat. crassia, subst. abstr. formé sur l'adj. crassus (v. gras), cf. FEW t. 2, p. 1277a. Fréq. abs. littér. : 788. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 692, b) 1 643; XXe s. : a) 1 321, b) 1 084. Bbg. QUEM. DDL t. 6, 8, 15. - SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 84, 124, 129. - TILANDER (G.). Notes lexicogr. et étymol. Romania. 1937, t. 63, pp. 293-295.

graisse [gʀɛs] n. f.
ÉTYM. V. 1170; craisse, v. 1120; gresse, v. 1150; lat. pop. crassia, du lat. class. crassus. → Gras.
1 Substance onctueuse, de fusion facile, répandue en diverses parties du corps de l'homme et des animaux, dans le tissu conjonctif sous-cutané (→ Figure, cit. 14). || Excès de graisse. Adiposité, embonpoint, obésité. || Prendre de la graisse. Engraisser, grossir. || Boule, bourrelet de graisse (→ plais. et fam. Culotte de cheval, poignée d'amour). || Pâton, peloton de graisse. || Être noyé dans la graisse (→ Apathie, cit. 3). || Être bouffi, soufflé de mauvaise graisse (→ Baudruche, cit.). || Fixation de la graisse. Adipopexie. || Destruction de la graisse. Adipolyse, lipolyse. || Aspiration chirurgicale de la graisse ( Liposuccion). || Souris ronde de graisse (→ Caverneux, cit. 1).Vivre de sa graisse, sur sa graisse, de sa propre substance (en parlant des animaux hibernants); fig. vivre sur son bien. — ☑ Loc. fam. La graisse ne l'étouffe pas, ne l'empêche pas de courir, se dit par plais. d'une personne maigre.Pop. Faire de la graisse : ne pas travailler. → Faire du lard.Péter dans sa graisse, crever (cit. 11 et 16) de graisse : être très gras.
1 Où diable avez-vous pris qu'elle veuille que vous soyez aussi rondelette que Mme de Castelnau ? N'y a-t-il point de degré entre votre maigreur excessive et un pâton de graisse ?
Mme de Sévigné, Lettres, 626, 19 juil. 1677.
2 (…) ce sont (les ortolans) de petits pelotons de graisse, et d'une graisse délicate, appétissante, exquise (…)
Buffon, Hist. nat. des oiseaux, L'ortolan.
3 (…) cette graisse, qui, dans les autruches grasses, forme (…) une couche épaisse de plusieurs pouces sur les intestins (…)
Buffon, Hist. nat. des oiseaux, L'autruche.
4 Enfin, il se tapit dans un chaume, non loin d'une caille qui sommeillait à la façon des poules, le ventre dans la poussière, abrutie de chaleur, suant sa graisse à travers ses plumes.
Francis Jammes, le Roman du lièvre, I.
5 (…) c'est une femme rude, épaisse, membrue comme un homme (…) sous la graisse, l'on sent les os, gros et larges (…)
André Suarès, Trois hommes, « Pascal », II.
6 Tu te portes assez bien et tu es gras. Je ne te le reproche pas, d'ailleurs. C'est de la bonne graisse royale, jaune comme le suif d'une chandelle, il en faut.
Sartre, les Mouches, II, II, 5.
7 Mais, dans ces quatre personnages adipeux, la même coulée de graisse onctueuse avait rosi, gonflé les chairs, saponifié les doux épidermes, bardé les dos, lardé les bras énormes, les échines charnues, les ventres obèses, les hanches et les cuisses rebondies, et, jusqu'aux mains, porté du gras, qui boudinait les doigts rondelets et mous.
H. Bosco, Antonin, p. 240.
8 Chez la femme, en effet, la graisse estompe les reliefs, comble les méplats, arrondit tous les contours. Et cette graisse n'est pas distribuée à l'aventure. Faisant défaut sous la peau du nez et aux paupières, existant en couches très minces à la face dorsale des mains et des pieds, au niveau des clavicules, elle s'accumule, au contraire, dans certains territoires d'élection. Elle y dessine des courbes moelleuses et séductrices que le corps de l'homme ne connaît pas. Elle fait saillir les bosselures propres au genou de la femme, incurve la cuisse, comble l'encoche du flanc, le losange des lombes, donne au cou sa gracieuse rondeur (…) L'accumulation normale de la graisse constitue « l'enveloppement » ou « le potelé » des formes.
A. Binet, les Formes de la femme, I, II.
Par métonymie.Fam. Une boule (une pelote…) de graisse : une personne petite et grasse. — ☑ Loc. fam. Gare la graisse : garez-vous (→ Gare tes fesses).
8.1 V'là la foule qui s'fend; gare la graisse !
H. Monnier, L'Exécution, Scènes populaires, t. I, p. 115.
Loc. littér. (moutons de haulte gresse, in Rabelais, c'est-à-dire « bien en chair, bien engraissés », d'où, au fig. beaux livres de haulte gresse « livres de qualité »; l'origine rabelaisienne de l'expression lui ayant fait prendre un sens détourné). Fig. De haute graisse : d'une gaieté truculente, un peu grivoise. || Contes, spectacle de haute graisse.
9 Ensuite, nous échangeâmes, par-dessus les fossés, des injures bien plaisantes, à la façon d'Ajax et d'Hector le Troyen. Mais les nôtres étaient de plus moelleuse graisse.
R. Rolland, Colas Breugnon, II.
2 Cette substance, tirée du corps de certains animaux, et servant à divers usages industriels et domestiques. Gras. || Graisse de porc. Lard, panne; axonge, saindoux. || Équarrir une baleine, un mouton pour en retirer la graisse. || La graisse de morse fournit une huile très onctueuse. || Chaussures imperméabilisées à la graisse de phoque. || Faire fondre de la graisse et en recueillir les cretons, les rillons. || Graisse jaune, rance.
10 (…) Renaud les dépeçait (les phoques), fondait leur graisse pour fabriquer des crèmes de beauté (…)
Roger Vercel, Remorques, II.
(La graisse de quelques animaux : porc, bœuf, mouton, volailles…, utilisée en cuisine). || Assaisonner des pommes de terre à la graisse d'oie. || Rôti enduit de graisse brûlante (→ Empaler, cit. 3). || Graisse à frire. Friture. || Odeur de graisse. 1. Graillon (cit. 2; → aussi Courroie, cit. 2). || Retirer les étoiles (cit. 26), les yeux de graisse d'un bouillon figé (cit. 4). Dégraisser.
11 (…) une cuisse de chapon bouilli ruisselant de graisse et fondant (…)
Marmontel, Mémoires, VI.
12 (…) il vit arriver par douzaines des bécassines, blanches de graisse, dormant sur des rôties (…)
A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût, Variétés, VIII.
12.1 (Dans la cuisine) La graisse débordait, malgré la propreté excessive, suintait entre les plaques de faïence, cirait les carreaux rouges du sol, donnait un reflet grisâtre à la fonte du fourneau, polissait les bords de la table à hacher d'un luisant et d'une transparence de chêne verni. Et, au milieu de cette buée amassée goutte à goutte, de cette évaporation continue des trois marmites, où fondaient les cochons, il n'était certainement pas, du plancher au plafond, un clou qui ne pissât la graisse.
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 126-127 (1875).
13 L'odeur du fricot montait et les cri-cris de la graisse semblaient les premiers bouillonnements d'une promesse.
Ch.-L. Philippe, Père Perdrix, I, IV.
14 (…) la graisse croustillante d'une petite gigue de cochon (…)
Colette, Belles saisons, p. 100.
Loc. fam. (1902). À la graisse. || À la graisse d'oie, de chevaux de bois : sans valeur. 1. Faux; → À la manque, à la noix. || Des boniments à la graisse d'oie.
15 Tu vas pas déjà abrutir ces mecs-là avec tes boniments à la graisse, lui reprocha-t-il de sa voix traînante.
R. Dorgelès, les Croix de bois, I.
15.1 (…) foutez-moi bien la paix, avec vos conseils à la graisse d'oie.
J. Dutourd, Pluche, XI, p. 157.
3 Corps gras, matière grasse. || Graisses animales, végétales (alimentaires ou industrielles). Beurre, huile, lanoline, margarine, spermaceti, suif. || Graisses minérales, obtenues par distillation du pétrole. Paraffine, vaseline. || L'oléine, la stéarine, la butyrine, principaux constituants de nombreuses graisses. || Substance qui a les caractères des graisses. Lipoïde. || Rôle du foie (cit. 1) dans la digestion des graisses alimentaires (→ Chyle, cit. 2; émulsionner, cit.). || Utilisation des graisses dans les industries de saponification ( Glycérine, savon), en pharmacie et parfumerie ( Pommade), pour la lubrification des pièces de machine ( Graissage), l'entretien des armes (graisse d'armes).(1768). Spécialt. Graisse appliquée à un mécanisme et salie. Cambouis.Nettoyer à la benzine un vêtement taché de graisse. Dégraisser. || Tache de graisse.
16 (…) quelques douzaines de moujiks en touloupe miroitée de crasse et de graisse (…)
Th. Gautier, Voyage en Russie, VI, p. 82.
17 (…) les graisses qui jaunissaient déjà ses mains de mécanicien (…)
Zola, la Bête humaine, II.
18 Après avoir hésité entre une tache de graisse et une tache d'encre, Quinette s'était décidé pour une tache de graisse.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, V, p. 83.
19 Seuls certaines graisses et le glucose entrent dans le corps sans être, au préalable, modifiés. C'est pourquoi la consistance des amas adipeux varie suivant la nature des graisses animales ou végétales contenues dans les aliments. On peut, par exemple, rendre la graisse d'un chien dure ou molle en le nourrissant soit avec des graisses à haut point de fusion, soit avec de l'huile liquide à la température du corps.
Alexis Carrel, l'Homme, cet inconnu, III, VIII.
Boîte à graisse : dispositif assurant automatiquement le graissage d'une pièce mobile, dans une machine.
20 (…) les pistons battaient vingt coups à la seconde; les essieux des roues fumaient dans les boîtes à graisse.
J. Verne, le Tour du monde en 80 jours, p. 253.
4 Techn. (imprim.). Épaisseur des pleins de la lettre, dans les caractères d'imprimerie (qu'ils soient maigres, demi-gras ou gras). || Les mots composés en demi-gras ne ressortent pas assez, il faudrait une graisse plus forte. || Ce caractère est disponible dans cinq corps : six, sept, huit, neuf et dix et dans quatre graisses : maigre, demi-gras, gras et extra-gras.
5 (1798). Altération (des vins, bières, cidres) qui donne une consistance visqueuse. || Aspect filant du vin atteint de graisse.
CONTR. Maigre.
DÉR. Graisser, graisseux, graissin.
COMP. Dégraisser, engraisser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • graisse — GRAISSE. s. f. Substance onctueuse & aisée à fondre, répanduë en diverses parties du corps de l animal. La graisse l incommode. il est chargé de graisse. graisse molle. il est gras, mais ce n est pas d une bonne graisse. graisse de boeuf. graisse …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Graisse — ist eine alte weiße Rebsorte, die in der Weinbauregion Sud Ouest im Südwesten von Frankreich angebaut wird. Sie ist in den Départements Gers, Haute Garonne und Tarn et Garonne für den gewerblichen Weinbau zugelassen, wird allerdings nur selten… …   Deutsch Wikipedia

  • graissé — graissé, ée (grè sé, sée) part. passé de graisser. Des roues bien graissées. •   Notre charrette mal graissée reçoit et fait des visites ; nous allons par les rues, SÉV. 27 sept. 1687 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • graissé — Graissé, [graiss]ée. part. pass …   Dictionnaire de l'Académie française

  • graisse — (grê s ) s. f. 1°   Substance onctueuse, de peu de consistance, fondant facilement, dite en chimie corps gras (voy. gras), et répandue en diverses parties du corps. •   Dites aux enfants d Israël : Vous ne mangerez point la graisse de la brebis,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • GRAISSE — s. f. Substance onctueuse et aisée à fondre, répandue en diverses parties du corps de l homme ou de l animal. La graisse l incommode. Être chargé de graisse. Graisse molle. Il est gras, mais ce n est pas d une bonne graisse. Graisse humaine.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Graisse —  Pour l’article homonyme, voir Graisse (typographie).   Pour l’article homophone, voir Grèce …   Wikipédia en Français

  • GRAISSE — n. f. Substance onctueuse, de peu de consistance et fondant facilement, dite en chimie Corps gras et répandue en diverses parties du corps de l’homme ou de l’animal. La graisse l’incommode. Graisse molle. Mauvaise graisse. Il est gras, mais ce… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • graisse — nf. ; panne : GRÉSSA (Albanais.001, Annecy, Balme Si., Saxel.002, Thônes.004), grécha (Arvillard.228, Cordon.083, Magland), grékha (Samoëns). E. : Joie. A1) toilette (fl.), membrane (toile) de graisse (saindoux) qui entoure les intestins du porc …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Graisse — Jalosse redirects here. For another French wine grape known as Jalosse, see Jurançon (grape). Graisse is a white French wine grape variety that is grown primarily in the Armagnac region of western France where the grape is used for both wine… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.